Formation „Violence, gestion de classe et droits de l’enfant : stratégies d’intervention“
Destinée à tous les professionnels de l’éducation, elle vise à renforcer les compétences en matière de gestion des conflits.
Informations et inscriptions

 
 
 

Les conseils de classe sous la loupe
Une étude scientifique menée dans les cantons d’Argovie et de Soleure a analysé le rôle des conseils de classe en matière d’éducation politique et de culture du débat démocratique. Elle démontre que l’école obligatoire n’exploite pas totalement le potentiel de cet outil de classe.

 
 
 

Un guide pour la discipline
Un guide pratique et facile à consulter donne des pistes pour maintenir la discipline à l’école. Il passe en revue des situations concrètes comme le sexisme, le vandalisme, l’absentéisme, la vulgarité et propose des démarches d’intervention, ainsi que des stratégies de prévention.

 
 
 

„Vers une gestion éducative de la classe“
Cet ouvrage de gestion pratique d’une classe présente différents concepts de jeu, des moyens concrets pour parvenir à ses objectifs, des procédures clairement amenées ainsi que des exemples adaptés pour des classes du primaire et du secondaire.

Archambault, J & Chouinard, R. 2003. Vers une gestion éducative de la calsse, 2e éd. Boucherville, Québec : G. Morin

 
 
 

Des instruments éducatifs pour améliorer la gestion de la classe

Lorsqu’il est confronté à des comportements problématiques au sein de la classe, l’enseignant peut recourir à divers instruments lui permettant d’intervenir de manière adéquate face aux difficultés et d’instaurer une atmosphère plus agréable. Le principal défi est d’intégrer les élèves les plus turbulents dans sa gestion de la classe.

En tant que responsable de classe et des élèves, l’enseignant a des pouvoirs dont il peut user pour faire respecter une ambiance de travail adéquate :

  • Le pouvoir de référence : l’enseignant met en place avec ses élèves un mode relationnel. Il en est la référence.
  • Le pouvoir d’expert : il a un savoir dans la matière et des compétences pédagogique pour transmettre le contenu enseigné.
  • Le pouvoir légitime : il a une responsabilité et une autorité légales dévolues par son statut.
  • Le pouvoir de récompenser ou de punir : il dispose d’outils pour imposer son autorité et les règles de conduite.
 
 
 

Se doter de bons outils

L’enseignant peut mettre en place des moyens éducatifs variés pour bien gérer sa classe. Le conseil de classe, la gestion participative, le rituel d’entrée en classe, le travail sur les règles de vie, la valorisation des comportements adéquats font partie de cette panoplie. Ces démarches favorisent les attitudes positives propices à l’apprentissage.

Formations continues et services de conseil
Dans de nombreux cantons, les enseignants peuvent se familiariser avec différents instruments pour améliorer la gestion de la classe. Formations continues ou services de conseil leur sont proposés.
Certains peuvent aussi profiter d’une offre de coaching. Un expert externe vient en classe pour suivre quelques cours. Il cherche ensuite des stratégies d’intervention efficaces avec l’enseignant. Le recours à cette possibilité est toutefois encore peu répandue.

Par ses attitudes, l’enseignant peut favoriser une bonne gestion de la discipline. Il doit montrer qu’il a l’œil à tout et qu’il a la situation en main. Il peut utiliser l’humour, se montrer tolérant et respectueux, être soucieux du rythme des élèves. En revanche, il évitera l’ironie, le sarcasme, la méchanceté ou le laisser-faire.

 
 
 

Quelques actions et programmes qui ont fait leurs preuves

 
 
 

Le conseil de classe

 
 

Appelé aussi conseil de coopération, il réunit tous les élèves de la classe sous la supervision de l’enseignant. Le conseil permet de gérer ensemble la vie de la classe. Les participants discutent notamment du quotidien scolaire, des problèmes de discipline, des responsabilités, des jeux, des relations interpersonnelles ou encore de projets de classe. Les élèves apprennent à se connaître, à s’entraider et à résoudre ensemble des problèmes sans blesser les autres. Ils débattent et s’initient à la démocratie. Ils cherchent un consensus, votent et assument leurs responsabilités. Les enfants développent ainsi des valeurs comme la coopération, l’égalité, le respect de soi et des autres, l’autonomie, le sens des responsablités.

Le conseil de classe s’adapte aux enfants de tous âges. Il se déroule en général chaque semaine. Il dure entre 15 et 45 minutes, selon les élèves et les sujets de discussion à l’ordre du jour.

 
 
 
 

Le Good Behavior Game (GBG)

 
 

Ce programme appelé aussi « Jeu de bonne conduite » atténue les comportements agressifs au sein de la classe. Il favorise la collaboration entre les élèves. Il part de l’idée que les enfants peuvent se soutenir entre eux et adopter un comportement pro-social.
Le principe est le suivant : lors d’une période d’activité clairement définie, l’enseignant forme des équipes comprenant chacune des élèves dotés de compétences sociales et d’autres dont le comportement pose davantage de problèmes. Il annonce des récompenses pour les équipes qui ont adopté une attitude positive. Ces récompenses sont distribuées à la fin de l’activité.
Lorsque les enfants sont familiarisés avec cette démarche, le jeu débute sans annonce formelle et les élèves reçoivent des récompenses moins immédiates. Ils peuvent notamment bénéficier d’une pause supplémentaire ou d’une activité qu’ils apprécient particulièrement. La meilleure équipe de la semaine reçoit un prix hebdomadaire.

Le Jeu de bonne conduite a fait ses preuves aux Etats-Unis, aux Pays-Bas et en Allemagne. Les évaluations montrent que cette technique réduit sensiblement les comportements problématiques en classe. En outre, les garçons considérés comme agressifs ayant participé à ce programme pendant leur première année à l’école primaire ont bénéficié d’effets durables. Ils étaient moins agressifs cinq ans plus tard que le groupe témoin.