Questionnaire d’évaluation du climat socio-éducatif (QES)
Vous souhaitez analysez le climat social de votre école ? Découvrez cet outil développé par Michel Janosz de l’Université de Montréal. Il a été adapté et validé pour la Suisse.
Pour plus d’informations, cliquez ici.

 
 
 

Mieux vivre ensemble à l’école
Cette brochure présente 14 démarches visant à développer un climat scolaire positif et à prévenir la violence. Celles-ci s’appuient sur les expériences et ressources déjà disponibles.  
Elle est disponible ici.

 
 
 

Favoriser un bon climat scolaire

Les élèves sont sensibles au climat scolaire. L’agitation, la violence et les brimades influencent non seulement leurs comportements, mais aussi leurs résultats scolaires. De la même manière, dans leurs activités, les enseignants sont imprégnés par l’atmosphère de leur milieu de travail. Ainsi, l’école se doit de créer un espace favorable qui permet de construire ensemble un savoir et un vécu partagés.
Or, la réalité montre qu’un bon climat scolaire n’est pas acquis d’avance. Lorsqu’il pose problème, il peut être amélioré par des activités menées en classe ou à l’échelle de l’établissement. Ces initiatives, qui impliquent élèves et professionnels, font souvent partie intégrante du quotidien scolaire.

Les composantes du climat scolaire
Michel Janosz de l’Université de Montréal définit les 5 composantes d’un bon climat scolaire :

  • Le climat relationnel. Les relations humaines à l’école sont de la première importance. Le respect et l’entraide figurent au premier plan.
  • Le climat éducatif. L’école met en valeur son rôle éducatif et pas uniquement de transmission du savoir.
  • Le climat de sécurité. Le sentiment de sécurité va de pair avec une perception d’ordre et de tranquillité.
  • Le climat de justice. Les règles de l’école et leur application sont reconnues comme légitimes et équitables.
  • Le climat d’appartenance. L’école est reconnue comme un milieu de vie et les valeurs qu’elle véhicule sont acceptées du plus grand nombre.
 
 
 

Le rôle essentiel de l’école

De nombreuses mesures peuvent être mises en place pour améliorer le climat scolaire, et donc prévenir la violence et les comportements agressifs.

Jean Pierre Lepage, dans son article sur le climat des établissements scolaires et la prévention de la violence, évoque 4 niveaux d’action :

  • L’établissement et son contexte : l’image sociale de l’établissement, sa taille, sa localisation, l’état de ses locaux
  • Le cadre, les règles et les procédures : la mise en place, la gestion et le respect des règles, côté élèves et côté adultes
  • Les activités pédagogiques et éducatives : l’organisation pédagogique, le système d’évaluation, la possibilité de développer des projets personnels
  • Les relations humaines : entre élèves, entre adultes et élèves, entre adultes ainsi que les relations hiérarchiques.  Entrent ici en jeu l’écoute, la prise en compte de la personne, le dialogue et la transparence de l’information.
 
 
 

Des élèves sensibles au regard positif
Cécile Carra  évoque le rôle du climat scolaire dans l’approche contextuelle de la violence. Selon elle, lorsque les enfants ont le sentiment d’être considérés comme des élèves capables de progresser, lorsqu’il perçoivent un regard soutenant de leurs enseignants, lorsqu’ils pensent bénéficier d’un traitement juste et équitable, ils adhèrent plus facilement aux normes scolaires. Cet état d’esprit influe favorablement sur leur expérience de la violence.

Petites initiatives, effets favorables
L’établissement d’un bon climat scolaire peut tenir à une série de petites initiatives. Une attention particulière lors de la rentrée scolaire, des cadeaux lors d’occasions spéciales, une offre de cours pour les enseignants prenant en compte les aspects de santé et de bien-être, des rendez-vous conviviaux à la fin des séances de travail : ces petits événements organisés par la direction ou le personnel socio-éducatif sont à inscrire dans un code de conduite établi avec tous.


L’évaluation des écoles
Le canton de Lucerne évalue les établissements scolaires tous les 5 ans, avec des partenaires externes. Cette évaluation est proposée comme un soutien. Les recommandations données portent notamment sur l’amélioration du climat scolaire.  
En Suisse romande et au Tessin, chaque école peut s’adresser au partenaire de son canton pour passer le questionnaire d’évaluation du climat socio-éducatif (QES). Cette évaluation composé d’une partie pour les professionnels et d’une autre pour les jeunes, permet d’identifier ce qui fait la richesse d’un établissement et ce qui peut être amélioré ou développé.