La violence a des causes multiples

La violence ne s’explique pas par une cause unique. Elle est le produit de l’interaction complexe de nombreux facteurs, à différents niveaux. Parmi les facteurs d’influence, on distingue entre ceux qui favorisent la violence et ceux qui prémunissent contre elle, donc entre facteurs de risque et facteurs de protection. Leur importance relative évolue avec l’âge, depuis la petite enfance jusqu’à la fin de la puberté. Les niveaux d’influence et les occasions d’interaction avec un milieu toujours plus étendu se superposent, de la famille à l’école, puis aux relations avec les jeunes du même âge, le voisinage et d’autres groupes plus larges de la société. C’est pourquoi, depuis une trentaine d’années, la recherche en matière de violence recourt à des modèles explicatifs qui prennent en compte l’influence des divers facteurs sur les jeunes et leur interaction.

 

 
 
 

Facteurs de risque et facteurs de protection

Les facteurs de risque particulièrement importants sont par exemple :

  • les pratiques éducatives problématiques comme le faible engagement de la part des parents, une surveillance défaillante, les abus et les violences domestiques,
  • l’adoption de normes favorables aux violences et l’appartenance à un cercle d’amis délinquants ou approuvant les actes de violence,
  • les activités de loisirs non structurées.
  • La fréquentation d’une filière scolaire à exigences basses et l’habitude prise tôt de manquer l’école accroissent également le risque de commettre des actes de violence ; dans une moindre mesure toutefois que les facteurs ci-dessus.
  • Parmi les facteurs individuels, des caractéristiques physiques comme un pouls lent au repos peuvent trahir une agressivité latente susceptible de se muer en passage à l’acte violent.

 

Convergence de nombreux facteurs de risque

 

Les différents facteurs de risque peuvent se cumuler et se renforcer mutuellement. La probabilité qu’un jeune devienne violent est faible tant qu’il n’est exposé qu’à un petit nombre de ces facteurs. C’est seulement la conjonction de nombreux facteurs de risque qui fait s’accroître fortement la propension à commettre des actes de violence. Enfin, la durée pendant laquelle les jeunes se trouvent en situation de risque ( séjour en centre-ville tard la nuit ou consommation excessive d’alcool, par exemple) augmente le risque de devenir auteur d’actes de violence, mais aussi celui d’en être victime.

 

Facteurs de protection importants

 

Les facteurs de protection contrebalancent les facteurs de risque. Des relations durables et fiables à des personnes de référence, des expériences positives, un environnement favorable ou encore des caractéristiques individuelles positives sont souvent mentionnés dans ce contexte.

 
 
 

Influer sur plusieurs facteurs à la fois

Pour la prévention, il faut savoir que les risques de violence se concentrent sur des groupes présentant des problèmes multiples. C’est pourquoi, pour que la stratégie de prévention porte ses fruits, il y a lieu d’agir simultanément et de manière ciblée sur différents facteurs de risque, tout en renforçant les facteurs de protection existants.