Actualité

Rapport "Evolution et ampleur de la violence parmi les jeunes"

D. Ribeaud, EPF Zurich & S. Lucia, CHUV Lausanne, 2015

 

Rapport "Enquêtes populationnelles sur la victimisation et la délinquance chez les jeunes dans le canton de Vaud"

S. Lucia, S. Stadelmann, D. Ribeaud, J.P. Gervasoni, CHUV Lausanne, 2015

 

Rapport "Entwicklung von Gewalterfahrungen Jugendlicher im Kanton Zürich 1999-2014"

D. Ribeaud, EPF Zurich, 2015 (seulement en allemand)

 
 
 

En savoir plus

"Evolution des comportements violents chez les jeunes ces dernières 20 années", article de Denis Ribaud (EPF Zurich) dans la revue Sécurité sociale (CHSS) 1/2013

 

Interview avec Denis Ribeaud (CHSS 1/2013)

 
 
 

Qu’est-ce que la violence juvénile?

Lorsqu’on parle de violence juvénile, on ne distingue souvent pas entre les actes de violence commis par de jeunes adultes (entre 18 et 25 ans) et ceux commis par des mineurs (entre 10 et 17 ans). Il importe pourtant de faire cette distinction, car les faits punissables commis par des mineurs ne sont pas jugés selon le droit pénal des adultes, mais selon celui des mineurs et font l’objet d’une statistique distincte. La notion de « violence » est aussi employée de manière imprécise : la violence physique, l’agressivité ou les incivilités sont des réalités qu’il importe de séparer clairement les unes des autres. L’emploi indifférencié du terme de violence peut conduire à une perception déformée ou exagérée de la situation.

 
 
 

Différentes formes de violence

La violence perpétrée par les jeunes englobe de nombreuses formes d’actes agressifs qui vont de la violence psychique et verbale (harcèlement par exemple) à des formes graves d’attaques, voire à l’homicide ou au meurtre, en passant par les violences physiques ou sexuelles (rixes, harcèlement sexuel). Les actes de violence peuvent être dirigés contre autrui, mais aussi contre des animaux ou des objets (vandalisme).